Les erreurs à ne plus faire en japonais

C'est la nouvelle année et beaucoup d'entre vous ont sans doute pris comme résolution d'apprendre le japonais. Aujourd'hui, on va parler des erreurs à ne pas commettre quand on apprend le japonais, notamment en autodidacte. J'espère que cet article aidera les débutants qui se lancent, mais aussi toutes les personnes qui veulent revoir leur manière de travailler.


ERREUR 1 : N'APPRENDRE QU'UN SEUL REGISTRE DE LANGUE


L'erreur que beaucoup de débutants ou d'apprenants font, c'est de zapper un registre de langue, c'est à dire de ne choisir que de parler ou d'apprendre du japonais familier et de ne pas se concentrer sur la forme polie en ます, ou au contraire, de parler de façon trop rigide, car ils ne connaissent pas du japonais plus neutre.


Si la plupart des manuels vous font apprendre la forme ます en premier, ce n’est pas parce qu'elle est inutile et qu'il faut la voir vite fait avant le reste, c'est parce que c'est la plus simple à apprendre, mais aussi celle que vous utiliserez le plus à l'oral. À moins que vous ne soyez avec des potes que vous connaissez depuis longtemps, que vous rencontrez des gens plutôt fun dans un izakaya ou que vous devez écrire une rédaction, vous utiliserez majoritairement la forme polie. Beaucoup de formes grammaticales se déclinent de cette forme polie alors il vaut mieux la maîtriser à fond, et surtout, ça vous permet de ne pas froisser votre interlocuteur. Si vous allez au Japon, il vaut mieux maîtriser une forme qui vous permettra de demander les choses poliment que d'utiliser une forme neutre, voire familière, qui n'est pas appropriée dans certains contextes.


À l'inverse, dès que vous avez maîtrisé le poli, diversifiez vos ressources afin d'en apprendre aussi sur la forme neutre. Ça vous permettra de tisser plus de liens avec les gens de votre âge que vous côtoyez très souvent, si vous êtes en échange ou en PVT par exemple, et de moins parler un japonais sorti d'un bouquin.


ERREUR 2 : ZAPPER LES BASES


Beaucoup veulent aller trop vite dans leur apprentissage et ne prennent pas le temps de maîtriser les fondamentaux. Pour bien parler japonais, vous avez plus besoin de la grammaire débutant que vous ne le pensez. Je ferais une autre vidéo sur le sujet, mais c'est autour de toute cette grammaire et de ces tournures de phrases que se composent la plupart des ressources en japonais (livres, films, etc.) que vous allez rencontrer.


Prenez le temps d'explorer, d'apprécier la langue et de vous amuser, sinon déjà ça va vous jouer des tours pour plus tard, c'est bien, vous allez maîtrisez la grammaire intermédiaire, mais ne savez toujours pas conjuguer vos adjectifs naturellement à l'oral ; mais en plus de ça vous allez être toujours frustrés à chercher la performance, et aurez toujours l'impression d'être en retard par rapport aux autres. Ce n’est pas ce qu'on cherche en apprenant une langue.


ERREUR 3 : SE COMPARER AUX AUTRES


D'ailleurs, se comparer aux autres c'est un point qui nous touche énormément et pas uniquement dans l'apprentissage d'une langue, mais il faut arrêter. Tout le monde n'a pas le même but, en conséquence certains ont des connaissances plus poussées que d'autres ou connaîtront du vocabulaire plus spécifique sur un sujet que d'autres personnes, mais on s'en fiche, ce n'est pas un concours. Je connais des termes juridiques que mon voisin n'aura pas, mais il connaîtra des termes historiques que je n'aurais pas. Est-ce que ça change ma vie ou la sienne ? Absolument pas.


Si vous êtes face à quelqu'un qui a constamment besoin d'étaler ses connaissances ou son niveau de japonais, alors cette personne à un gros problème d'égo, vous zappez, vous vous concentrez sur votre objectif. Ça paraît plus simple à dire qu'à faire, mais mettez-vous dans la tête que quoi que vous appreniez, un japonais dans le monde le saura mieux que vous, donc si vous commencez à vous comparer à tous les étrangers qui apprennent la langue, vous n'avez pas fini.


ERREUR 4 : AVOIR PEUR DE FAIRE DES FAUTES


Dans le même genre, avoir peur de faire des fautes. Je sais que beaucoup de débutants n'osent pas écrire, parler ou partager des choses en japonais parce qu'ils ont peur de faire des fautes et que ça les bloque totalement. C'est vraiment dommage, parce que les personnes que je connais qui sont des boss de japonais sont justement celles qui essayent, font des fautes, se plantent, apprennent mieux par la suite.


Parfois, sur le moment, à l'oral notamment, vous n'avez pas le temps de faire une phrase parfaite parce que vous devez répondre pour que la conversation soit naturelle : ce n’est pas grave, si votre idée est transmise à l'interlocuteur et que vous vous êtes rendu compte de votre erreur, alors vous saurez faire mieux la prochaine fois.


N'hésitez pas à utiliser des plateformes comme Lang-8 où des natifs corrigeront vos fautes et vous les expliqueront.


ERREUR 5 : NE PAS CORRIGER SA PRONONCIATION


Expirer vos H, c'est nihongo pas niongo, allongez vos voyelles, obasan et obaasan, yuuki et pas yuki. Ça ne sert à rien d'apprendre l'accent tonique ou le "pitch accent", surtout au début, mais faites attention à votre prononciation, ça vous facilitera la tâche pour plus tard.


ERREUR 6 : VOULOIR APPLIQUER LA LOGIQUE FRANÇAISE


C'est tout à fait normal au début puisque vous pensez encore en français quand vous travaillez votre japonais, mais oubliez vos principes. J'ai beaucoup d'élèves débutants qui bloquent sur une notion en mode "oui, mais en français…", sauf qu'on n'est pas en français. Là vous étudiez le japonais, donc ça n'a rien à voir, n'essayez pas de comparer les deux ou de transposer une langue dans l'autre, ça ne va pas marcher.


ERREUR 7 : LES KANJI


* Ne pas en lire dès le début

Ce n’est pas de votre faute, la plupart des méthodes pour débutant se focalisent sur les hiragana et katakana, mais dès que vous maîtrisez vos syllabaires, il faut absolument inclure les kanji. Vous allez vous y habituer et les maîtriser beaucoup plus rapidement, ce qui va vous faciliter la tâche pour la suite.


* Se focaliser sur l'écriture des kanji

Je sais, je vais me faire rouspéter par certains pour ça, mais à moins que vous soyez vraiment fan de ça ou en licence de japonais, c'est vraiment une perte de temps de faire des lignes et des lignes de kanji. Déjà, apprendre les kanji solos à l'heure actuelle c'est une perte de temps, mais on va y revenir après. Il faut arrêter de dire que cette méthode est la meilleure pour apprendre les kanji parce que non, c'est juste que tout le monde est habitué à celle-ci et personne ne veut tenter de faire autrement, mais c'est soporifique à souhait. Je vois des gens passer des heures à faire des lignes de kanji et refaire les mêmes le lendemain et au final ça ne leur sert à rien parce qu'il n'y a pas de contexte, ils ne travaillent pas leur vocabulaire à côté. Encore une fois, sauf si vous aimez ça, il vaut mieux passer 30 minutes à apprendre du vocabulaire en contexte que 30 minutes à faire 5 lignes d'un même kanji. Surtout qu'à l'heure actuelle, on écrit beaucoup plus sur le PC et ton téléphone donc on s'en fiche que tu ne saches pas écrire 勉 et 強 à la main. Par contre c'est important de savoir lire 勉強.


* Apprendre les kanji seuls

Je vous l'ai déjà expliqué maintes et maintes fois, mais il vaut mieux connaître 500 mots de vocabulaire pour dire 500 nouvelles choses que 500 nouveaux kanji solos que oui, vous allez peut-être reconnaître dans certains mots, mais qui ne vont pas vous servir à grand chose quand vous allez vous retrouver face à un mot composé avec un autre kanji que vous ne connaissez pas.

Tu connais 家, tu sais qu'il se lit か、け ou いえ, et demain tu tombes sur 家系図. Mince, tu ne connais pas les deux autres ! Le fait de connaître toutes les lectures de 家 ne t'aidera pas vraiment. Au final tu vas devoir aller chercher le mot, puis tu vas te dire "il faut que j'apprenne les deux autres kanji", donc tu vas repasser par tes petites lignes recopiées et ça va te rajouter une charge de travail pour pas grand-chose. Par contre si tu as rencontré le mot 家系図 dans un texte et que tu l'as appris tel quel, tu sais que c'est かけいず qui veut dire "arbre généalogique" et ta lecture est plus fluide. Et si jamais tu avais appris des mots de vocabulaire, tu reconnaîtras forcément le 係 de 関係, la relation, et le 図 ず de 地図, la carte puisqu'on les voit partout. Ça t'enlève une charge de travail inutile et en plus tu développes ta lecture et ton oral, puisque tu sauras dire ce mot. Il n'y a que des avantages. Donc si, vraiment, tu tiens à écrire parce que ça t'aide à mémoriser, alors écrit les mots de vocabulaire. Et n'oublie pas de faire au moins une phrase exemple avec ce mot. Si je te dis ça, c'est parce que ça rejoint le point suivant :


ERREUR 8 : SE CONCENTRER SUR LA MÉMORISATION

Plus que la mémorisation, concentrez-vous sur ce qu'on appelle "l'output" c'est-à-dire réussir à sortir ce que vous apprenez à l'oral ou à l'écrit. Est-ce que quand tu veux .Est-ce que quand vous voulez exprimer "douche", c'est "shawaa" qui sort naturellement ? Dans ce cas, c'est bien, là vous connaissez vraiment le mot. Si quand vous discutez ou vous écrivez ou vous écoutez quelque chose, vous vous dites "en japonais, on dit comme ça", alors le mot est ancré est vous l'avez vraiment appris. Faites une phrase exemple, répétez le mot, écoutez-le, quand vous rencontrez l'objet ou la situation essayez de vous rappeler de comment on le dit en japonais. Ça paraît plus long, mais au final vous ne perdrez pas 1000 ans à revoir la même carte Anki qui vous fait stagner. D'ailleurs, on va en parler d'Anki.


ERREUR 9 : CONFONDRE OUTIL ET MÉTHODE DE TRAVAIL

Arrêtez de penser que Anki est une méthode d'apprentissage de kanji ou du vocabulaire. C'est un outil. Ils font partie de votre méthode et ça vous facilite la tâche peut-être, mais ce n’est pas ça qui vous fera progresser. Ce qui fait progresser, c'est de rencontrer le mot, le mettre dans votre appli et le réviser. Pareil, le kanji to kana, c'est un dictionnaire de kanji, pas une méthode d'apprentissage. Chaque outil a ses avantages et ses inconvénients.


Par exemple Anki, même si tout le monde le glorifie parce que ça marche pour plein de gens, parfois pour certains ce n’est pas trop ça parce qu'il vous habitue à lire les mots sur l'app mais pas en contexte, donc vous allez oublier les mots quand vous allez les rencontrer, etc., et pour rejoindre le point précédent, il vous fait réfléchir de façon robotique et pas vraiment conceptuelle, donc il y a pleins de fois où vous vous direz "merde j'ai appris ce mot sur Anki pourtant" mais vous ne saurez pas le ressortir.

Les vidéos YouTube aussi, c'est pareil. Vous n'allez pas devenir bilingue en regardant des vidéos ou en écoutant un podcast, ils font partie des ressources de votre méthode de travail pour apprendre le japonais, mais ils ne sont pas des méthodes à part entière.


ERREUR 10 : LA MÉTHODE DE TRAVAIL


* Évitez de vous éparpiller Avoir 10 bouquins, 6 applis, Anki, un livre de voca par là, etc. Au début, choisissez un bouquin, ou un site, ou une application qui soit la plus complète possible et restez-y. Faites le livre jusqu'au bout et là vous pourrez changer. Évidemment si vous ne prenez pas de plaisir à étudier avec une certaine ressource, choisissez en une autre.

Je sais qu'au début on a envie d'acheter pleins de bouquins pour se dire "voilà, je m'y mets sérieusement", mais que vous en ayez un ou dix, si vous ne vous y mettez pas vraiment, vous ne vous y mettrez pas demain non plus. Le pack débutant que je vous conseille c'est : un manuel avec CD, ça vous donnera une certaine structure. Ensuite, si vous voulez apprendre le vocabulaire, essayez Anki où vous mettrez des phrases exemples, des formes grammaticales, etc. Si vous n'aimez pas du tout le digital ou que ça ne vous convient pas, faites-vous un cahier ou un classeur que vous diviserez en plusieurs catégories : vocabulaire, grammaire, etc., et achetez une ardoise pour écrire les mots de vocabulaire ou les phrases exemples si ça vous aide à mémoriser de les écrire. * Ne pas être régulier

On le dit tout le temps, étudier 10 minutes par jour tous les jours c'est mieux que de ne rien faire chaque jour et d'étudier 6h d'affilée le dimanche. C'est pareil, ça ne sert à rien de vous promettre "chaque jour je vais étudier 3h !!!" pour au final ne pas savoir le faire et finir par être déçu de vous-même. Soyez patients, faites ça petit à petit, mais régulièrement, et vous ferez bien plus de progrès. Ce sera bien plus gratifiant.


ERREUR 11 : SE CONCENTRER SUR LE JLPT


Le JLPT pour ceux qui ne savent pas, c'est l'examen de japonais le plus connu, je vous ai fait une vidéo dessus :

La plupart des méthodes pour intermédiaires et avancés se concentrent sur cet examen, c'est pourquoi étudier en fonction de cet examen, même si vous n'allez jamais le passer, est une bonne manière de structurer votre apprentissage. CEPENDANT, c'est un examen qui est bien trop glorifié à mon goût et qui, je ne sais pas pourquoi, est l'objectif numéro 1 de la plupart des apprenants du japonais, même de ceux qui n'en ont pas besoin.


Certes, passer l'examen du JLPT, et je parle là pour les personnes qui n’en ont pas besoin dans un but académique ou professionnel, peut vous permettre de vous donner un objectif et vous motiver. Cependant l'inconvénient de se concentrer sur ça, c'est qu'au final, vous voyez le japonais comme une matière est plus comme une langue. Vous finissez par analyser TOUT ce que vous apprenez en fonction du JLPT : "ah pour le niveau intermédiaire je suis censé maîtriser autant de kanji". Mais je vous rappelle que le JLPT ne mesure pas tout ce qui est nécessaire, et est parfois même très loin de ce dont vous avez besoin pour communiquer et vous faire comprendre en japonais.


Le japonais ça reste une langue, c'est beaucoup plus naturel que ça, et comme je vous l'ai dit tout à l'heure, en consommant du japonais à travers des livres, des animes, etc., vous tomberez sur de la grammaire du N3, et puis du N2, du N1 aussi. Le fait de se focus uniquement sur un seul niveau à la fois ça vous ferme les portes sur énormément de choses et encore une fois, ça rend votre apprentissage du japonais très "scolaire", et je suis persuadé que la plupart des gens qui apprennent la langue sont soit passionnés, soit veulent simplement pouvoir communiquer quand ils voyagent, donc apprendre le japonais comme s'ils étaient en cours c'est pas vraiment ce qui les branche.


Le JLPT peut être une motivation, mais ne doit pas être une finalité. Ce n'est pas parce que vous n'avez pas le JLPT que vous êtes moins bon en japonais qu'une personne qui l'a. Il y a des gens qui ont le N1 et qui ont un moins bon niveau d'oral que des intermédiaires. Oui, le JLPT ça demande du travail, je le sais parce que je l'ai passé, mais c'est du travail scolaire en fait, apprendre plein de notions pour pouvoir les ressortir à l'examen. Il n'y a pas vraiment de réflexion, et surtout encore une fois ça ne mesure pas la totalité de vos aptitudes. Combien d'entre vous, si vous avez déjà passé le JLPT, ont oublié la plupart des notions que vous aviez apprises par cœur ? Parce qu'au fond, elles ne sont pas vraiment acquises en fait. Vous avalez pour recracher tout ça à l'examen et pour moi ce n’est pas tout ce qu'est censé être l'apprentissage d'une langue.


Passez-le si ça vous motive, mais préférez d'abord kiffer ce que vous faites, il n'y a pas de façon "toute faite" d'apprendre une langue, tout le monde est différent, vos objectifs et ce qui vous anime à apprendre le japonais aussi, mais je pense que les petits conseils que je vous ai donnés dans cet article vous permettront d'y voir plus clair. En tout cas, je l'espère !